Comment réussir à convaincre les labels


Comment réussir à convaincre les labels



Je suis sûre que tu as dans ta ligne de mire un ou plusieurs labels avec qui tu souhaiterais travailler, que ce soit pour un single, un projet ou pour être signé en artiste.

Un label que tu as envie de convaincre ou mieux encore, que ce soit lui qui te contacte en premier!


Si tu es en train de te dire “c’est bien beau de rêver”, je t’arrête tout de suite en te demandant de lire mon article sur "les étapes pour avoir un état d'esprit positif" et de revenir pour appliquer les conseils qui vont suivre.

Car, si avant même de commencer tu penses que c’est perdu d’avance, je suis dans le regret de t’annoncer que tu ne vas pas réussir à passer la première étape de ce qui va suivre.

Parce que oui, si pour toi tout est inatteignable, à quoi bon continuer tes projets ?


Avant d’énoncer plus en détail le processus à suivre, sache que ces astuces je les ai façonnées au fur et à mesure de mon expérience. Mais surtout en discutant et en travaillant avec différents labels plus ou moins reconnus et implantés dans l’industrie.




QUEL EST LE RÔLE D'UN LABEL ?


Tout d’abord, pour recontextualiser un peu les choses, un label veut dire “étiquette” en anglais, autrement dit “marque”.


Un label est une maison de disques qui contient différents départements, différents services dont l’édition musicale, l’A&R (celui qui est en recherche de nouveaux talents), le booking, le marketing, le juridique, etc…


Son but est de mettre tout en œuvre pour commercialiser au mieux ton produit. En mettant à profit son expertise, ses contacts et son argent.


Une maison de disques est donc un investisseur qui va mettre une somme d’argent pour te promouvoir et pousser ton projet.

Il va faire tout son possible pour que ton œuvre ait un réel impact dans le but d'avoir un retour sur son investissement. Et évidemment, pour qu'en retour tu gagnes en notoriété, en visibilité et que tu aies également un apport financier.


COMPRENDRE LES ATTENTES D'UN INVESTISSEUR

A partir du moment où tu saisis qu’un label est un investisseur, tu comprends aussi que tu dois lui montrer que toi et ton produit vous valez le coup pour qu’il ne regrette pas d’avoir investi son argent.


Imaginons que demain je décide de créer un robot dog sitter et que je suis à la recherche d’un investisseur pour qu’il mette 500K€ dedans.

Il est évident que je vais lui prouver que mon produit est de bonne qualité, que la version bêta a déjà été testée par 1500 utilisateurs, que j’ai déjà 200K€ de préventes, que j’ai investi 120K€ dans la communication et le marketing, que j’ai fais quelques salons et conférences pour présenter mon produit etc.

Je ne vais donc pas aller voir mon investisseur les bras ballants en lui disant “salut, je veux ton argent”. Non. Je vais lui montrer qu’il peut compter sur moi, que j’ai fait un énorme travail en amont, que je suis indépendante, mais qu’en plus de ça, grâce à cet argent je vais faire le quadruple du travail que j’ai pu faire jusqu’à présent.

Donc, tu comprendras qu’il en est de même avec un label.


Maintenant que je t’ai expliqué ça, je peux enfin te donner mes conseils pour convaincre le label avec qui tu souhaites travailler.




5 ÉTAPES A INTÉGRER QUI VONT TE RENDRE IRRÉSISTIBLE AUX YEUX DU LABEL



1 - Un label travaille avec un artiste établi, pas avec un assisté

Tous les labels que je connais et avec qui j'ai échangé m’ont dit la même chose : “on veut travailler avec un artiste qui est indépendant, qui apprend seul et sait se débrouiller seul. Quelqu'un de polyvalent et surtout qui a une patte artistique et une image de marque solide”


Aucun label ne travaille avec un artiste parce qu’il a 13K écoutes par mois sur Spotify.

Les labels regardent les statistiques d’un artiste en tout dernier plan.


La première chose qu’ils regardent c’est le produit : est-ce que l’artiste a un branding remarquable? Est-ce que sa musique est professionnelle et identifiable? Est-ce qu’il est présent sur les réseaux sociaux? Quel lien entretient-il avec sa communauté? Est-ce qu’il a évolué artistiquement au cours de ces deux dernières années? Est-ce qu’il a déjà été dans des médias, des playlists ou radios? Quel est son taux d’engagement sur les réseaux sociaux?


Toutes ces questions permettent de savoir si l’artiste est bien établi, c’est à dire professionnellement avancé (encore une fois on ne parle pas de chiffres et de notoriété, mais de qualité de travail). Ou bien est-ce qu’il est dépendant des autres pour avancer?

Tu dois donc prouver qu’avec ou sans label, tu fais un travail conséquent pour avancer dans ta carrière et fidéliser ton audience.



2 - On ne trouve pas un label, on le choisit


Pour convaincre un label de travailler avec toi, tu dois avant tout le connaître.

Suis-le sur les réseaux sociaux, abonne-toi à sa newsletter, assiste à ses événements, etc.


Tu dois identifier sa ligne éditoriale, quels sont les artistes avec qui il a travaillé, le style de musique qu’il met en avant, est-ce qu’il signe des projets ou des artistes? Est-ce qu’il a déjà poussé un artiste qui a le même style de musique que toi? Quel est son message, ses valeurs, ses convictions? Est-ce qu'ils sont similaires aux tiens?


Tu ne dois pas juste trouver un label qui veut bien de toi, mais en trouver un qui correspond à tes attentes sur tous les plans.

Tu dois trouver LE ou LES label(s) qui rentre(nt) parfaitement dans tes critères de sélection.


N’oublie pas qu’en règle générale, tu t’engages sur plusieurs années, ce serait donc triste de travailler avec quelqu’un qui ne t’animes pas plus que ça. De plus si tu choisis bien le label en question, ce sera plus facile pour toi d’argumenter tes propos lorsque tu vas le contacter.




3 - Sois authentique !

Quand je contacte un label, chacun de mes mails sont personnalisés, mais surtout, je ne me gêne pas de raconter ma vie!


Oui, on nous dit souvent qu’il ne faut pas s’éterniser dans un mail, parce que le label n’a pas le temps, ok, mais pas si les premières phrases sont convaincantes.


Je n’ai jamais envoyé un mail du type “bonjour, voici les démos de mon artiste, j’espère que ça vous plaira”. Absolument pas, j’ai toujours mis de l’humain et de l’authenticité dans mes mails.

Je raconte le parcours de mon artiste (sans copier coller sa biographie, surtout pas!), en expliquant où il en est actuellement et surtout (tu vas comprendre à quel point la deuxième étape est importante), je détaille pourquoi je veux ce label et pas un autre (même si j’en ai contacté deux autres juste avant ;) ).


J’énonce bien que tel artiste, tel projet, tel événement, telle compilation ou que sais-je m’a donné envie de les suivre et de les contacter.

Et enfin, en quoi mon artiste peut apporter de la plus-value dans leur label. Parce que n’oublions pas que c’est du donnant-donnant. Ils doivent trouver un intérêt à travailler avec toi (cf:étape 1)



4 - Relance, relance, relance


Si je n’avais pas relancé certains labels, mon artiste n’aurait sûrement jamais travaillé avec eux…


Oui les labels sont submergés, ce n’est pas une légende, alors relance les, une fois par mois en leur demandant s’ils ont bien consulté ton mail, s’ils ont écouté tes démos et que tu serais curieux d’avoir un feedback de leur part.


Recontacte les aussi en leur envoyant tes dernières créations. N’aie pas peur de revenir vers eux si tu n’as pas eu de signe de vie au bout d’un mois.


J’utilise une extension sur Gmail qui s’appelle Streak et qui me permet de savoir si mon mail a été ouvert et quand, pour que je puisse faire mes relances.


S’ils ne te disent pas concrètement “non, nous ne sommes pas intéressés”, c’est que tu as encore une chance, sauf si dans leur politique il est stipulé que sans réponse de leur part au bout de 3 semaines, cela veut dire qu’ils ont refusés ton offre.




5 - Les amis de tes amis sont tes amis

Observe l’entourage de ce label en question et suis-les, soutiens-les, contacte-les, travaille avec eux.


Que ce soit des artistes, des petits labels, des médias ou des organisateurs d’événements, ils peuvent devenir tes amis et faire parti de tes contacts.

Le but est qu’ils parlent de toi suffisamment, jusqu’à ce que le label que tu vises, finisse par te connaître.


Il est évident que les relations que tu vas établir avec l’entourage du label ne doivent pas être hypocrites, tu dois avoir un réel attrait humain envers ces personnes là, et ne pas les abandonner une fois que tu signes avec le label.



 

Voilà, tu as donc les éléments indispensables à mettre en place pour multiplier tes chances d'attirer l'attention d'un label qui te tiens à cœur.


C’est du travail, de la persévérance et de la patience. On a rien sans rien, mais je peux t’assurer que ça a fonctionné et que ça fonctionne encore pour mes artistes. J’ai eu et j’ai des résultats conséquents !

Et si jamais tu veux en savoir plus, tu peux regarder la rediffusion du live Instagram que j'ai eu avec Mouna, la fondatrice du label Quality Goods Records.




0 commentaire

Posts récents

Voir tout